Climat : je n’arrive pas à m’en foutre. 1

Hier, c’était la deuxième marche pour le climat. A Toulouse, il n’y a pas eu d’autorisation à manifester en hyper-centre, rive droite.

Sur la place du Capitole, il y a l’exposition Toulouse 2030, organisée par des banques et promoteurs immobiliers, qui présente la vision d’une métropole toujours plus bétonnée, en hauteur ou en largeur.

Le rassemblement a donc eu lieu à la prairie des filtres, un des premiers lieux écolos de Toulouse, puisqu’il la prairie permettait de filtrer les eaux de la Garonne, puis sur le pont neuf, puisqu’il fallait bien un peu de visibilité.

Le dernier rapport du GIEC est alarmant. Il nous reste seulement quelques années pour agir.

L’heure n’est plus vraiment à la transition. La diminution des émissions de gaz à effet de serre, l’amélioration de la qualité de l’air devra être faite de manière drastique, nous dit le GIEC :

Pour rester à 1,5°C, il faut faire décliner les émissions de CO2 bien avant 2030 et fortement (-45% d’ici 2030 par rapport à leur niveau de 2010)

AFP le 8 octobre 2018,

Les normes ne peuvent plus être les mêmes. La croissance ne peut plus être recherchée… car la Terre n’est pas un espace infini et que nous avons atteint ses limites. Il n’y a pas d’autre planète. Aux politiques de mettre en place, les normes qui vont nous permettre de vivre sur cette planète.

La création d’un groupe transpartisan à l’Assemblée nationale, pour réfléchir et se mettre d’accord sur des mesures qui permettront une transition écologique et solidaire (oui, parce qu’il n’est pas non plus question d’une transition qui ne profiterait qu’aux plus aisés, hein) est un petit pas vers une union nationale, comme en temps de guerre… mais c’est encore très loin d’être suffisant.

Mais il est encore temps.

La manifestation étant statique, à Toulouse, des « arbres d’engagements » ont été mis en place sur la prairie. Il s’agissait d’écrire ce qu’on s’engageait à faire. Ce billet fait partie de mes engagements. Parce que je ne fais pas assez.

Pour l’année 2018, j’espère avoir une empreinte écologique positive. Ce sera la première année pour moi. Mais, la forêt continue de brûler. Peu importe que j’ai fait ou pas « ma part ». Il n’y a que collectivement que la lutte contre le réchauffement climatique peut être gagnée.

Vous pourriez aussi aimer

One comment on “Climat : je n’arrive pas à m’en foutre.

  1. Reply Jax Oct 15,2018 6 h 45 min

    Bravo Philippe, ton mode de vie est exemplaire, et nous devrions tous avoir pour objectif cette empreinte positive… Mais j’en arrive à la même conclusion que toi, si c’est chacun pour sa pomme, on n’y arrivera pas. Comment faire plier les grands groupes et les lobbies ? Soit on est solidaire, soit on est tous foutu ‍♀️

Leave a Reply

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.