Sur Twitter, on vouvoie (aussi)… 1

Hier, tweet-clash entre Laurent Joffrin (3359 followers, Klout de 48) et Franz Peultier (466 followers, Klout de 49). Le litige ? Franz a tutoyé Laurent, pas méchamment en plus. C’était presque sympa même. Il a juste dit :

Oui mais comme tu dis: Vive la crise!

Il y a déjà eu plusieurs billets sur ce tweet-clash, dont celui de NikkoLittleStar qui a explicité très rapidement l’affaire. Je vous laisse vous y référer si vous voulez plus d’informations.

Il est intéressant de noter que, sur les médias sociaux, Laurent Joffrin et Franz Peultier ont le même Klout (mélange d’influence, connaissance, reconnaissance…) . Le premier est même un peu plus anonyme que le second…

De manière générale, la timeline a donné raison à F. Peultier. Sur Twitter, comme pour le web de manière général, tutoyer est un usage dans la francophonie.

Pourtant, instinctivement, personnellement, j’aurais vouvoyé l’éditorialiste du Nouvel Observateur.

Cela n’a rien à voir avec une question de respect, ne lui en déplaise. C’est juste qu’il me parait être de l’ancien monde, de l’ère pré-web. L. Joffrin a beau dire dans son premier tweet :

Puisque je fais chaque matin mon édito sur le web, j’ouvre (à mon tour) mon compte twitter

il ne semble pas avoir compris ce que change le web. Ce n’est pas parce qu’on publie qu’on est dans la conversation et si on ne fait que publier, en faisant fi des autres, alors on reste encore sur le modèle du minitel. C’est celui de monsieur Joffrin pour le moment.

Sur les 30 tweets actuels de monsieur Joffrin, on a :

  • Le tweet d’ouverture ;
  • 23 tweets (dont un retweet mais qui pointe vers un article de l’éditorialiste) avec des liens vers les éditos de l’auteur, une page sur les élections cantonales, ou qui font part de réflexions sur l’actualité.
  • Un reply de remerciement.
  • 5 replies à des interpellations directes sur Twitter, sans concessions.
  • Aucun partage d’information qui ne soit pas lié à Laurent Joffrin ou au Nouvel Obs.

Les 6 réponses par tweets ne sont pas de la conversation puisque les échanges s’arrêtent là.  La suite a-t-elle lieu en DM ? J’ai quelques doutes…

Bref, Laurent Joffrin a ouvert un compte sur Twitter mais mais, tant qu’il n’aura pas lié d’autres sources sur les siennes, il ne sera pas sur le web. Le web, c’est l’échange, le partage, les liens. C’est la liberté (de tutoyer ET de vouvoyer), l’égalité et la fraternité. Ca devrait pourtant parler à l’éditorialiste du Nouveau Curateur Nouvel Observateur, non ? ;-)

Vous pourriez aussi aimer

One comment on “Sur Twitter, on vouvoie (aussi)…

  1. Pingback: Laurent Joffrin : ce qu’il ne faut pas faire sur les médias sociaux, épisode 2. ← Philippe Couzon

Leave a Reply