#Venezvérifier, nous dit @FleuryMichon… ou pas. 2

J’utilise YouTube et je tombe régulièrement sur une publicité de Fleury Michon.

« Boire et manger, ça paraît naturel. Pourtant, aujourd’hui on doute. (…) #VenezVérifier sur fleurymichon.fr »

Alors j’ai voulu vérifier. J’ai demandé comment cela se passait dans les abattoirs.

Après quelques jours, Fleury Michon a répondu qu’il ne pouvait pas me fournir de photo.

De son côté, Camille Brunel a été fouiller dans la FAQ du site de l’industriel.

Age des cochons

A 6 mois, un cochon pourrait encore avoir une quinzaine d’année à vivre. Ce n’est pas un adulte qui est tué, mais un enfant. Ce n’est d’ailleurs pas de l’anthropomorphisme que d’utiliser les termes d’ « adulte » et d’ « enfant » pour les porcs. L’espèce est proche de l’espèce humaine comme le relève Wikipédia :

Sa constitution anatomique et biologique proche des humains et sa facilité d’élevage ont fait que le cochon est utilisé en recherche médicale et dans des applications thérapeutiques : chirurgie cardiaque, production d’insuline, héparine (anticoagulant). La taille de ses organes internes est la même que celle des humains, ce qui en fait un bon candidat aux xénogreffes.

La peau du cochon est très proche de celle des humains, et peut, comme celle de l’homme, recevoir des coups de soleil

Puisque Fleury Michon ne peut pas nous montrer comment cela se passe dans un abattoir (j’aurais préféré aller voir directement, d’ailleurs !), j’ai été faire un tour sur le site de l’abattoir. On apprend donc que les porcs sont menés à la mort par groupes de 15 mais gazés au CO2 par groupes de 7 depuis 2004.

Un compte-rendu des journées de recherche porcines de 2006 (liées à l’Inra) nous indique comment cela fonctionne :

Une nacelle descend les porcs dans un puits, contenant au moins 70 % de CO2 dans de l’air. L’anesthésie résulte de l’action acidifiante du CO2 du sang, et par conséquent du liquide céphalo-rachidien perturbant le fonctionnement des neurones et conduisant à une perte de connaissance et de motricité (Martoft et al., 2003). L’inconvénient principal est la phase d’induction pendant laquelle on observe une excitation inhabituelle des animaux et des signes de souffrance respiratoire qui dépendent de la concentration en CO2 (Raj et Gregory, 1996).

Fleury Michon indique dans sa FAQ que la marque suit le règlement européen sur la protection des animaux au moment de leur mise à mort. Que dit-il ? Par exemple cela :

« il y a lieu de considérer que la douleur, la détresse ou la souffrance sont évitables lorsque les exploitants ou toute personne associée à la mise à mort des animaux enfreignent une des prescriptions du présent règlement ou utilisent des méthodes autorisées sans toutefois recourir à la plus moderne d’entre elles, infligeant ainsi, par négligence ou intentionnellement, de la douleur ou de la souffrance aux animaux, ou provoquant leur détresse.« 

Il y aurait pourtant une méthode pour éviter des souffrances inutiles : attendre simplement que les individus porcins meurent de vieillesse. Ça, ce serait moderne et, du coup, disqualifierait toutes les autres méthodes pour tuer les individus porcins.

Mais, depuis 2000, nous dit l’historique d’Abera, 640 porcs sont abattus par heure ! L’abattoir est particulièrement fier de montrer qu’il tue de plus en plus d’individus porcins. Alors quand Fleury Michon répond à Camille Brunel que ce n’est pas un massacre, il a évidemment tort.

Le wiktionnary rappelle opportunément que massacre et boucherie ont le même sens. Wikipédia précise :

Un massacre est le meurtre d’une fraction importante d’une population humaine ou animale.

Wikipédia nous indique que, en 2002, 955 500 000 individus ont été tués pour que des humains puissent les manger. On est peut-être au milliard maintenant et les porcs qui meurent de vieillesse doivent être exceptionnels. Tuer 100% d’une espèce, même en lui permettant de ne jamais s’éteindre, c’est bien un massacre et même un massacre perpétuel.

La mise à mort, le moment de la mise à mort, n’est pas présent dans les illustrations visuelles de Fleury Michon ou Abera. La mort est lisse, propre. Le sang ne gicle pas. L’individu porcin ne semble pas souffrir. Arthur Rimbaud pourrait dire « Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit. » Si tout est si paisible et serein, pourquoi Fleury Michon ne veut pas rendre visible ce qu’il se passe dans son abattoir ? Parce que cela pourrait ressembler aux documents filmés en caméras cachées par l’association L214 ?

La seule bonne nouvelle des échanges avec Fleury Michon, c’est cette réponse : « nous travaillons aussi à des recettes végétales » Voilà la meilleure manière de lutter contre la souffrance des animaux non humains et en plus ça permet de nourrir plus d’humains sur la planète et c’est bon pour le climat !

Mise à jour du 18 mai, Fleury Michon a répondu sur Twitter :

2 thoughts on “#Venezvérifier, nous dit @FleuryMichon… ou pas.

  1. Pingback: Yoplait essaie de faire croire que le lait est de la joie pour tous. ← Philippe Couzon

  2. Pingback: C’est vicieux pour un végan de parler des abattoirs. ← Philippe Couzon

Leave a Reply