En 25 minutes et à plusieurs, c’est mieux.

La première fois que j’ai parlé de la technique Pomodoro sur ce blog, c’était en 2011 et je suis toujours aussi fan !

Si vous connaissez déjà Pomodoro, vous pouvez directement aller au paragraphe Pomodoro à plusieurs.

Qu’est-ce que Pomodoro ?

Pomodoro est une méthode de travail simple : on travaille 25 minutes, puis on s’arrête 5. Toutes les 4 sessions, on s’arrête un quart d’heure. Pendant les 25 minutes, on est focus et on n’accepte aucune distraction (SMS, mail, Twitter, Facebook, téléphone, Skype, etc….) et au bout des 25 minutes on s’arrête, même si on n’a pas fini !

Pomodoro veut dire tomate en italien et la technique vient du nom du minuteur qu’on trouve en forme de tomate ;)

Vous trouverez plus d’informations sur la méthode Pomodoro sur Wikipédia.

Quels sont les bénéfices de la méthode Pomodoro ?

La méthode oblige à

  • être focus ;
  • diviser les tâches en mini-tâches faisables en 25 minutes.

Pomodoro à plusieurs

Depuis le début de la semaine, à Etincelle, l’espace de coworking toulousain où je vais, à l’instigation de Nicolas Richer et avec l’appui de Sébastien Hordeaux, nous avons mis en place une salle Pomodoro. J’ai tweeté hier une photo des horaires.

Premier constat : Pomodoro est encore plus efficace à plusieurs !

Une des problématiques que nous rencontrions en travaillant en solo mode Pomodoro, c’est que c’était difficile à tenir sur la durée. A plusieurs, c’est fun, il y a de l’émulation et, même si on travaille sur des choses complètement différentes (nous sommes des indépendants), la pause est un moment convivial, où l’on se demande si on a bien bossé, où l’on peut se féliciter des avancées. C’est la force d’un groupe de permettre d’aller plus loin que ce qu’on pourrait seul.

Il me reste à tester Pomodoro à plusieurs à distance, via Hangout ou Skype par exemple. Si ça intéresse l’un-e de vous, dîtes le moi ;-)

Si vous avez déjà testé, dîtes moi quels sont les écueils que vous avez rencontré et, surtout, comment vous les avez surmonté :)

Vous pourriez aussi aimer

Leave a Reply