Quelques apprentissages du Start-Up Week-End Lyon #swlyon 3

Henri Morlaye lors de l introduction au Start Up Week End Lyon J’ai participé, ce week-end, à la première édition du Start-Up Week-End lyonnais. Le concept, pratiqué dans de plus en plus de villes à travers le monde est simple : bâtir de potentielles start-ups en 54h. Comment ? En réunissant des étudiants, des développeurs, des créatifs, des marketers, etc. et en les faisant travailler ensemble, de manière poussée et très intensive sur des idées qu’ils proposent et/ou leurs plaisent.

1. L’urgence.

Le timing était serré. Quand tu changes des slides quelques dizaines de minutes avant la présentation, forcément, il y a un peu de pression. Quand tu changes de modèle économique quelques heures seulement avant la présentation, forcément, tu restes super focus. Mais c’est d’abord le sentiment d’urgence, l’émulation entre équipiers, l’esprit « start-up » qui faisait que nous étions efficaces. L’urgence, comme guide, évite de se disperser. On va à l’essentiel. Pas le temps de faire du tourisme entrepreneurial ou relationnel. Combien de temps peut-on travailler avec ce sentiment d’urgence ?

2. La monétisation de la compétence.

Durant le week-end, de nombreux mentors sont passés nous voir, avec des spécialisations diverses (juridique, marketing, etc.). Tous étaient aussi des entrepreneurs. L’un d’eux fit évoluer notre modèle économique.

Nous bâtissions un site web, un outil, un service. Il nous fait réaliser qu’une start-up était d’abord, avant d’être un tout cela, une entreprise et que c’était son core business qui avait de la valeur et qui devait donc être rémunéré. Ne pas le faire, c’était une façon de ne pas croire en notre propre expertise.

3. Si vous voulez être pro, concentrez vous sur votre expertise.

C’est dans un des speechs d’introduction au week-end que cela a été dit : faites bien ce que vous voulez et aimez faire. Le reste, achetez le. C’est ainsi que vous pourrez apparaître pros sur tous les aspects.

Je ne peux pas terminer un billet sur le Start-Up Week-end sans parler du projet sur lequel j’étais, Playberhood.

Playberhood, contraction des mots « Players » et « Neighbourhood », est un service de mise en relation qui a pour mission de permettre la rencontre et le jeu entre des personnes qui veulent jouer à des jeux de sociétés et qui ne se connaissent pas forcément.

Un site provisoire a été mis en ligne, Playberhood.com, ainsi qu’une fan Page et un compte Twitter. Une des bonnes choses de ce week-end, c’est que l’ensemble de l’équipe Playberhood se sera mise à tweeter. Oui, Twitter a un vrai intérêt ;-) Voici les membres de l’équipe, donc (par ordre alphabétique) :  @bhvergnhes @Bru_78 @FuturEntrepren @Mat_prod @pavelhradecky @thibault_brasil. Oui, l’équipe était 100% masculine. Un exemple criant du manque de parité dont parle Catherine Ertzscheid sur Numalik. En tout cas, nous nous sommes bien marrés, même si nous avons peu dormi ;-)

Et les autres participants, les autres équipes ? La réalité, c’est qu’il y avait d’autres projets géniaux (bravo à Artistoon pour cette première place), que j’ai pu rencontrer et discuter avec d’autres personnes… mais que chaque équipe était bien isolée. J’ai passé le week-end, majoritairement, avec 6 personnes seulement. A vous de voir ce qu’il en est sur la photo ci-dessous ;-)

l ensemble des participants au start up week-end Le prochain Start-Up Week-End Lyon aura lieu en octobre. Vous en serez ? ;-)

Si ce billet, vous a plu, n’hésitez à me suivre sur Twitter ou Facebook.

Vous pourriez aussi aimer

3 thoughts on “Quelques apprentissages du Start-Up Week-End Lyon #swlyon

  1. Pingback: Tweets that mention Quelques apprentissages du Start-Up Week-End Lyon #swlyon : Philippe Couzon – @pcouzon -- Topsy.com

  2. Pingback: Ce week-end, c’est Start-Up Week-End Lyon ! #swlyon ← Philippe Couzon

  3. Pingback: Retour de Start Up Week-End : soyez focus ! #swlyon ← Philippe Couzon

Leave a Reply