Végétopia

Brunch chez Bloomy il y a quelques semaines. Réflexion autour du véganisme et de ce qu’il se passerait si tout le monde devenait végan. Il y aurait moins de violence envers les animaux non-humains mais, à part ça ?

Il n’y aurait pas de gros bouleversement dans la société. On continuerait à aller au restaurant, à prendre l’apéro et se taper des petits fours, à boire du vin et des bières, à faire nos courses dans les marchés, supérettes ou supermarchés. L’industrie de la mode continuerait de produire des vêtements. On continuerait à aller au théâtre, à l’opéra, au cinéma, à voyager. A faire du sport.

Alors, certes, les éleveurs n’élèveraient plus d’animaux non-humains pour leurs os ou leur chair mais il y aurait plus de maraîchers. Les voitures seraient véganes mais continueraient de rouler. On trouverait plus d’animaux synthétiques dans les films mais les studios d’animation savent déjà faire cela.

Ce n’est pas pour la vie des humains que les changements seraient les plus nombreux. Tout d’abord, la lutte contre le changement climatique gagnerait des points. On pourrait avec quelque espoir d’atteindre les +1,5°C de réchauffement climatique et pas les +7°C. Cela limiterait la montée des eaux et les incendies… et donc les migrations pour des raisons environnementales. La vie de la biodiversité pourrait reprendre un cour normal. Et des milliards d’animaux ne seraient pas tués inutilement.

Cela mériterait d’être un peu plus pensé, à la manière d’écotopia, que j’ai terminé de lire l’année passée. Certes, Aymeric Caron commence à le faire dans son Utopia XXI mais son utopie, essai et non roman, est plus large que la simple considération animale. Yapluka…

Leave a Reply

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.