Ecrire, dessiner, discuter

Je suis impressionné, depuis mercredi, par le nombre de dessins satiriques qu’on peut voir sur Twitter. A Toulouse, sur le mur de Capitole, comme à plein d’autres endroits en France et dans le monde, on peut voir des dessins, des pensées. On accroche des affiches, on écrit et on dessine à la craie. On photocopie Charlie Hebdo, on le placarde, pour qu’il soit lu. L’expression est toujours là.

Quand on écoute les conversations, dans la rue, à la terrasse des cafés, Charlie Hebdo est présent dans toutes les discussions. Ces stylos et crayons, qui sont levés dans les rassemblements, sont de beaux symboles.

Une personne m’a dit que, tout de suite après le drame de mercredi, elle s’était mise à écrire, a tout mettre sur le papier, a dire tout ce qu’elle ressentait, tout ce que celui lui inspirait. Ça me semble tellement sain ! On a besoin d’écrire, de dessiner, que ce soit publié ou pas, partagé ou pas. C’est juste humain.

Vous pourriez aussi aimer

Leave a Reply