Faut il être homo pour parler d’homophobie ?

Hier, j’ai tweeté sur une agression.

Je pensais être factuel mais, en réponse, on me précisa que les violences étaient seulement présumées homophobes. C’est effectivement ce que disait le journal 20 minutes, j’aurais pu nuancer mon tweet. D’accord.

Mais, plus surprenant, dans la remarque qu’il me fut faite, ce sont les mots « vous » et « victimes ».

Je crois que c’est la première fois qu’on présume que je serai homosexuel. Parce que je parle d’homosexualité ? En suivant ce raisonnement, si on lit ma timeline, je vais bientôt être Turc, Syrien, Palestien, Israëlien, Egyptien, Tunisien, Chilien…. Mais aussi une femme (Femen en plus), de gauche ET de droite, un Anonymous, un Pirate, un enseignant (ou un enfant). J’ai aussi pour projet d’aller sur Mars.

Le « vous » renvoyait à une communauté homosexuelle. Existe-t-elle ? Je n’en suis même pas sûr. Pas plus qu’on peut parler de communauté hétérosexuelle.

Les deux personnes agressées sont elles des victimes ? Il me semble que 90 jours d’arrêt de travail, ce n’est pas rien ! Quand on est agressé, on est victime, c’est juste un statut factuel, pas une posture. Mon interlocuteur reconnait que ce n’était pas une situation normale (ouf !).

Je ne tweete pas chaque agression qui peut se dérouler dans le monde… ce serait malheureusement sans fin (juste tweeter le nom des enfants qui meurent chaque jour me ferait dépasser le quota Twitter !). Pourtant, je relaie parfois des informations. Les insultes homophobes sont parmi les premières à être véhiculées et c’est pour cela qu’il me semble important de parler de l’homophobie. Mais opposer des violences entre elles me semble totalement pointless et je ne parle pas que de cela.

Vous pourriez aussi aimer

Leave a Reply