Ne pas avoir peur des internautes, l’exemple Cuisinella.

Il y a quelques semaines, Cuisinella a tenté un buzz avec une vidéo fortement décriée. Elle montrait des personnes se faisant tirer dessus par un sniper dans la rue, en caméra embarquée, en mode réaliste. Elle fut rapidement supprimée de la plateforme Youtube, par Cuinisella, vue le nombre de réactions négatives, sur Twitter ou Facebook. Pourtant,  Cuisinella assume.

Cédric Deniaud a rencontré Anne Leitzgen, PDG de Cuisinella.

A la minute 2’02 Cédric dit « vous avez décidé de retirer cette vidéo mais rassurez moi, ça ne veut pas dire que Twitter, Facebook, le web, les internautes vous font peur et qu’en 2013 vous ne prendrez plus la parole sur ce média là ? » La réponse de la DG – très sereine – est bonne : ce n’est pas la peur qui a fait changer Cuisinella mais le fait de s’apercevoir que la vidéo n’était pas comprise.

Cuisinella a appris du bad buzz (vouloir faire du tir réaliste d’un sniper un jeu, s’amuser de l’effroi, n’est pas acceptable), d’abord en assumant, par la voix de la Directrice Générale. Cela rappelle Décathlon France qui a soutenu l’initiative du lipdub d’un de ses magasins. On garde son ADN, on soutient, mais on écoute les utilisateurs, on apprend. Pas de peur, mais de l’ouverture, parce qu’on est sûr de ce qu’on fait. C’est sans doute pour cela que Cuisinella ou Décathlon réussissent.

Je suis en train de lire L’art de l’enchantement, de Kawasaki. Il explique plusieurs fois que, en 1984, chez Apple, tout le monde était persuadé que le Mac était un outil pour le traitement de texte, le tableur. Ce sont les utilisateurs qui ont montré que c’était la PAO qui était le point fort du Mac. Apple a bien fait d’écouter ;-)

Vous pourriez aussi aimer

Leave a Reply