Modèle économique d’un consultant freelance.

Hier, discussion autour de mon modèle économique. Ce n’était pas prévu, mais on ne sait jamais qui on va croiser au pied d’un immeuble et quelle question on va nous poser ;-)

Mon interlocuteur voulait savoir comment je fonctionnais et, surtout, avait une grosse question : comment je faisais pour rendre les clients dépendants une fois ma prestation finie ?

Réponse simple : je ne le fais pas.

Je suis même persuadé que le meilleur moyen de perdre un client est de vouloir le rendre dépendant, de l’emprisonner dans un système. Bien sûr, au début, ça fonctionne puisqu’il est piégé mais dès que le client aura trouvé un échappatoire, bye bye, vous ne le reverrez plus.

Quand je travaille en situation de conseil / formation, mon but est de rendre les gens autonomes. Je leur livre mon savoir, mon expérience. Et rien ne m’emmerderait plus que d’avoir à toujours faire la même chose avec les mêmes personnes. J’avance par brique. Le contrat n’est que sur la brique. Mais si cela se passe bien, pourquoi on ne continuerait pas ensemble pour les autres ?

La limite, bien sûr, ce sont mes propres connaissances, ma propre imagination, ma capacité à répondre, ou non, à une demande. C’est pour cela que je dois en permanence tester, rencontrer, échanger, apprendre. Je ne le fais pas assez à mon gout mais j’essaye ;-)

Personne n’a envie d’être dépendant. Pourquoi vos clients en auraient ils envie ?

Si l’herbe est plus verte ailleurs, c’est que la votre ne l’est pas assez. Soit vous pouvez y remédier, soit non. Parfois, vouloir le bien de son client, c’est l’aider à voir d’autres solutions. Alors, autant s’imposer cela dans son ADN, et de traiter ses clients comme on voudrait être traité ;-)

L’important, ce n’est pas ce qu’on va soutirer à un client, c’est ce que lui va retirer de nous…

Vous pourriez aussi aimer

Leave a Reply