Retour d’expérience de #RTaufeminin 3

Mardi soir, j’ai fait le choix de retweeter au féminin, puisque la Présidence n’invitait que des hommes pour débattre de le Net en France (via @natachaqs). J’ai repris mes retweets mixtes, jeudi à midi.

Quelques explications sur cette expérience :

Mon hypothèse (et c’est aussi un postulat me concernant) de base est de croire qu’il existe des femmes compétentes sur le web mais que, leur parole étant noyée, on ne les entend pas.

Pour valider l’hypothèse,j’ai choisi de continuer ma veille et de ne retweeter que les femmes. Ce qui est important, c’est que les sujets de ma veille n’ont pas changé. Je n’ai pas fait du « féminin » (pour reprendre l’expression des magazines). Il s’agissait de rendre les femmes connectrices, tweeteuses, génératrices d’informations et de liens plus visibles, et d’abord pour moi.

Conditions et déroulement de l’expérience :

  • J’ai ajouté entre 70 et 80 comptes féminins, mardi soir, à mon profil Twitter, à partir du top 100 des femmes à suivre sur Twitter (merci à Delphine Dumont pour m’avoir communiqué le lien).
  • Franck Hashas a proposé le hashtag #RTaufeminin mercredi matin. Il y avait une demande de hashtag et ce fut finalement une excellente idée car cela a permis à Ludovic de sauvegarder l’ensemble des tweets tagués #RTaufeminin de la période.
  • Au début, donc, j’ai retweeté sans mention particulière puis est venu le #RTaufeminin @pseudo. D’autres personnes ont utilisé le hashtag pour partager des liens, discuter, montrer leur désaccord face à l’aveuglement élyséen.

Ludo n’étant pas juste à moitié génial, il a aussi utilisé the archivist pour analyser les tweets #RTaufeminin. Je vous laisse regarder ce qu’il en est.

Qu’est-ce que j’ai appris de cette expérience ?

1. Quand on fait quelque chose pour les femmes, elles nous remercient.

Mardi soir, l’initiative a été saluée, notamment par Isabelle Germain, et pas seulement par des femmes.

Mais il y a eu aussi des remerciements, exclusivement féminins. Que l’idée soit intéressante, soit, mais me remercier pour cela ? Je ne m’y attendais pas.

Globalement, mesdames, si vous attendez que les hommes vous laissent la moitié de la place, je pense que vous faites une erreur. A vous de montrer que vous êtes bien présentes.

J’ai lu, il y a longtemps, Ainsi soit elle, de Benoite Groult. Elle écrit en quatrième de couverture :

Il faut enfin guérir d’être femme. Non pas d’être née femme mais d’avoir été élevée femme dans un univers d’hommes, d’avoir vécu chaque étape et chaque acte de notre vie avec les yeux des hommes et les critères des hommes. Et ce n’est pas en continuant à écouter ce qu’ils disent, eux, en notre nom ou pour notre bien, que nous pourrons guérir.

Cela me semble toujours valable.

2. Pour faire quelque chose sur le web, rien ne sert d’attendre.

Quelques tweets échangés mardi soir, comme rappelé sur le blog du référenceur Actupro, et je me suis lancé. Christian et moi avons écrit en même temps sans le savoir ;-)

Des personnes ont suivi, d’autres, beaucoup plus nombreuses, d’ailleurs, non. Merci à celles qui ont participé ! :-)

L’idée n’était pas, pour moi, de créer un mouvement mais juste de voir ce qui allait se passer.

3. Les femmes existent et j’en ai retweeté.

Voici la liste des femmes que j’ai retweeté pendant ces 36 heures :

Il y a, évidemment, bien plus de femmes que cela sur Twitter. Mais, pour une raison ou pour une autre, je ne les ai pas retweeté et ce ne sont que mes RT, que ma timeline ;-)

Sur Twitter, retrouvez la liste RTaufeminin ;-)

4. Les femmes tweetent moins de liens que les hommes.

Ma timeline est fortement masculine, pas parce que je suis moins de femmes, mais parce que les hommes tweetent beaucoup plus, et surtout beaucoup plus de liens.

Audrey émet une hypothèse:

« peut-être parcequ’elles lisent réellement l’info, au lieu de RT sans savoir ce que c’est ?« 

Audrey a peut-être raison mais cela n’empêche le constat : les hommes tweetent plus, et plus de liens. Du coup, ce sont eux qui fournissent le plus d’informations. Bien sûr, tous les hommes ne tweetent pas pareil, et il y a aussi des femmes qui fournissent beaucoup d’informations. Mais, dans ma timeline ce sont des exceptions.

Julie Coignet me disait ce matin que « les femmes sont plus nombreuses que les hommes sur Twitter, en France » mais c’est l’information produite et partagée qui compte, dans un monde de crowd-sourcing, pas le nombre de sources.

5. Les femmes tweetent des informations moins vites que les hommes.

Une information, un mème, est très souvent d’abord diffusée par les hommes. Parce qu’ils tweetent plus, sans doute.

On sait déjà que, dans tout ce qui est tweeté, seulement une infime partie est soit lue, soit retweetée. Moins les femmes donnent de l’information, partagent des liens, moins elles sont visibles, donc.

D’un point de vue, numérique, d’après ces quelques heures, il me semble beaucoup plus probable que les hommes diffusent les informations fournies par les femmes, alors que l’inverse n’est pas vrai. Si on ne suit que des femmes, des informations n’apparaissent jamais (exemple criant pour moi: l’ouverture des inscriptions au Web11, presqu’immédiatement tweeté par Stéphane Zibi et que je n’ai pas vu chez les femmes).

Je ne suis pas capable de savoir pourquoi c’est ainsi. C’est un constat. Peut-être que les hommes pensent que Twitter est plus important que les femmes ? Que les femmes se donnent moins de temps pour faire de la veille ?

Conclusions

  1. Pour les hommes : il y a des femmes qui entreprennent et avec des idées sur le Net et aucune raison pour les ignorer.
  2. L’expérience est à renouveler, par les un(e)s et les autres. Au moins jusqu’à ce qu’il y ait autant de femmes que d’hommes dans le top du classement Wikio, à l’Assemblée nationale, ou à un déjeuner à l’Elysée pour parler de l’Internet ;-)
  3. Mesdames, si vous voulez être visibles, tweetez plus, et notamment des liens, n’hésitez pas, vous avez le droit ;-) Pour être retweeté, il faut d’abord tweeter. N’attendez pas que les hommes vous cède la place. Ça marche peut-être pour prendre l’ascenseur, mais pas là. Il n’y a sans doute pas de volonté de nuire, c’est juste que les hommes ne voient pas pourquoi vous joueriez différemment d’eux. Mais ce n’est qu’un avis masculin.

Et vous, que pensez vous de tout cela ?

chinkyaku

Vous pourriez aussi aimer

3 thoughts on “Retour d’expérience de #RTaufeminin

  1. Reply Catherine Ertzscheid Déc 18,2010 14 h 11 min

    Merci pour la mention et le rt.. au féminin. Nin macho ni féministe, je t’ai trouvé et te retrouve dans ce billet très humaniste.
    A bientôt :)

  2. Pingback: Le tour du web en une semaine #8 | Market my Life

  3. Pingback: Twitter, les femmes et les bla bla | Agence Eurêka Eurêka

Leave a Reply