Travail en équipe : vivent les femmes et la parole ! 1

Deux études récentes sont extrêmement intéressantes sur la coopération.

D’abord, celle de l’équipe d’Anita Woolley sur l’intelligence collective. Après différentes batterie de tests sur plusieurs groupes, il apparait que les 3 facteurs de l’intelligence d’un groupe sont :

  1. La sensibilité sociale des membres du groupe.
  2. L’égalité de répartition de la parole entre les membres du groupe. La domination de personnalités dans un groupe nuit à l’intelligence collective.
  3. La proportion de femmes.

Ce qui est, du coup, intéressant, c’est que, pour améliorer l’intelligence d’un groupe, il est préférable de travailler sur les interactions au sein de ceux-ci… et d’avoir des femmes dedans ! Comme Sylvain Witmeyer le disait il y a deux mois dans son billet sur les recrutements :

« La meilleure équipe n’est pas celle qui a les meilleurs joueurs mais celle qui est capable de jouer le mieux ensemble. »

Sources : Science (étude parue le 29 octobre 2010) et Mediapart (4 novembre) pour la version française.

La seconde étude, plus surprenante, est celle de l’équipe d’Annefloor Klep : le travail d’équipe est amélioré lorsque les membres partagent des sentiments négatifs et en parlent, que ce soit sur ce qu’il se passe à l’intérieur d’un groupe ou à propos  d’évènements tristes extérieurs. Dire que tout est beau et que tout va bien est donc contre-productif. Les réunions vont elles dorénavant débuter par la diffusion d’un film sur la faim dans le monde ?

Source : HealthDay (23 novembre)

Vous pourriez aussi aimer

One comment on “Travail en équipe : vivent les femmes et la parole !

  1. Pingback: Tweets that mention Travail en équipe : vivent les femmes et la parole ! « Philippe Couzon -- Topsy.com

Leave a Reply