Once upon a time… 3

Il y a quelques jours, on m’a demandé comment j’en étais arrivé au web et aux réseaux sociaux. Je n’ai su que répondre que c’était dans mon « ADN » – notion à la mode mais qui a le mérité d’être claire.

Le Net, je l’ai découvert au début des années 90, d’abord en lisant des magazines comme Wired (merci à l’équipe de la Bibliothèque de la Part-Dieu pour cela !). En cité U, un copain passait ses journées et nuits sur BBS mais c’est un peu plus tard qu’un ami m’a dit qu’il avait acheté un « nom de domaine » (je le mets entre guillemets parce que, pour moi, un domaine, c’était une ferme, quelque chose avec des chevaux, que et que j’avais du mal à comprendre ;)). Et puis j’ai découvert les mails (au Connectik Café, sur Netscape, IE3… je ne sais pas ce que le tenancier est devenu mais, franchement, heureusement qu’il était là; et puis, aussi, sur le minitel, eh vi #jesuisvieux).

Un ami m’a demandé de lui donner un coup de main pour informatiser une école rurale et primaire, construire quelque chose avec d’autres écoles dans le monde, je l’ai fait, ce fut une expérience géniale le temps que cela a duré. J’étais tout content de servir les textes des instits, de découvrir le html et le javascript, de faire découvrir aux enfants ce que pouvait être le Net, et j’ai un peu travaillé mon anglais puisque des enfants discutaient entre eux de part et d’autre de la Manche.

Dans le même temps, je suis devenu Aide-Éducateur dans un collège. A l’époque, on pouvait quitter son poste pour entrer en CDD ailleurs et revenir. C’était extraordinaire, ça. Du coup, j’ai passé un peu de temps dans une start-up, à alléger des codes html (oui, c’était un boulot au temps des Olitec 28.8 ;)) puis suis revenu dans le collège (travailler sans être payé ne me plaisait pas forcément ;-)). En une semaine et grâce à un coup de main inestimable du webmaster l’académie, j’ai mis en place une mailing list pour les Aides Educateurs. Ce fut une expérience géniale :-) Lorsque je quittais le collège le soir, je me ruais presque sur ma bécane et les échanges étaient passionnants (et passionnés parfois !) : j’étais déjà accro :p C’est sans doute ma première vraie expérience d’animation en ligne. C’était début 1998 alors ne me dites pas que le Community Management est un truc nouveau ;-)

Quelques mois plus tard, j’entrais chez Infonie, un fournisseur d’accès de l’époque et je découvrais un outil génial : le Winpopup. C’était un outil qui permettait d’envoyer des messages à toutes les machines d’un réseau connectées, en instantané, avec un nombre limité de caractères. Ça vous rappele un truc ? Moi aussi :D A l’époque, dans la hotline, on s’envoyait des liens, des jokes, des infos, des conneries, à longueur de journée via cet outil. J’étais déjà accro à Twitter et Twitter n’était pas encore né :D

Alors, comment j’en suis arrivé au web ? Je ne sais pas : par amitié, passion, parce que c’était pratique. Je pourrais ajouter que je tenais, aussi, un fanzine, sur papier, devenu site web pendant un temps (c’était beaucoup plus économique d’héberger des pages web que d’imprimer les fanzines et les envoyer par La Poste !). C’est dans mon ADN, c’est tout ;-)

Vous pourriez aussi aimer

3 thoughts on “Once upon a time…

  1. Reply Guillaume Oct 10,2010 10 h 51 min

    Et oui, l’ADN, il en est grandement question dans le bouquin de Gary Vaynerchuck (CRUSH IT). Il est sous mes yeux, faut vraiment que je pense à te le prêter…

  2. Reply Philippe Couzon Oct 10,2010 11 h 39 min

    C’est peut-être lui qui a popularisé la notion. Au début, je parlais de « core values » mais ADN, c’est ça aussi ;-)

    Je veux bien le lire :p

  3. Pingback: Tweets that mention One upon a time… « Philippe Couzon -- Topsy.com

Leave a Reply