Autour de la machine à café : du pétrole dans le golfe du Mexique. 2

La nappe de pétrole s’étend et s’approche des côtes. Sur Twitter, il n’y a pas de jour sans lequel je vois une information là-dessus. Ce matin, @Katjato relayait une dépêche de l’AFP, reprise par @leshumains : d’énormes nappes de brut découvertes au fond du golfe du Mexique.

Cette catastrophe est, déjà, souvent appelée le « Tchernobyl de l’industrie pétrolière » et elle n’est pas encore finie. BP a forcément une responsabilité dans les dégâts occasionnés et aussi dans la gestion que l’entreprise gère cette catastrophe : les couts humains (pertes d’emplois pour les pécheurs et les métiers liés à l’océan) et les couts sur l’environnement et notamment sur la biodiversité (le littoral et les fonds marins sont habités par d’autres espèces que la notre, même si elles n’ont pas – encore ? – d’avocats).

Je ne suis pas un spécialiste mais j’accepte sans peine l’idée que le pétrole puisse étouffer. Et si une chercheuse de l’université de Géorgie me dit que le manque d’oxygène risque de mettre en danger la vie des animaux d’ici deux mois, je suis enclin à lui faire confiance.

Que puis je faire ? Je ne sais pas.

Aller dans les stations BP pour leur donner un peu plus de moyen de contrer cette catastrophe ? Hum, BP n’en a pas besoin. BP est responsable de cette crise. Mais, comme consommateurs, utilisateurs de pétrole, transformé ou non, cela nous oblige aussi à nous poser des questions sur notre société, sur la place que nous faisons au pétrole, alors que c’est une matière et énergie non-renouvelable. Cela nous oblige à nous poser des questions sur les alternatives au tout-pétrole.

Vous pourriez aussi aimer

2 thoughts on “Autour de la machine à café : du pétrole dans le golfe du Mexique.

  1. Pingback: Tweets that mention Autour de la machine à café : du pétrole dans le golfe du Mexique. « Philippe Couzon -- Topsy.com

  2. Reply AngeZanetti Mai 18,2010 9 h 41 min

    Juste un chiffre, ce trou béant déverse chaque JOUR 800 000 litres de pétrole dans l’océan.
    Et apparemment ce chiffre est une estimation BP, beaucoup que c’est 25 voire 50% en dessous de la réalité.
    Je te laisse imaginer l’état du substrat à 1500m de fond….

    C’est un des plus gros désastre écologique que nous ayons jamais commis !

    Ce qui est bizarre et qui freine le processus c’est justement que le tuyau ait pété à 1500m de fond, travailler à ces profondeurs est pas loin d’être impossible. BP travaille à INVENTER la solution, autrement dit, on a pas fini de repeindre la planète en noir. Mais bon, ça se voit pas c’est au fond de l’eau

Leave a Reply