Touches down.

Je fais peut-être une consommation abusive de café mais il se trouve qu’il y a souvent un mug plus ou moins plein à côté de mon clavier. Tout à l’heure, est arrivé ce qui devait arriver: la tasse chut et le clavier but, en compagnie de quelques to-do-lists.

Après nettoyage et séchage, le clavier semblait fonctionner normalement. Youpi… et puis des touches commencèrent à manquer, le barre d’espace ne fonctionnait plus, je ne pouvais plus twitter! Comme dit le poète, quand une lettre vous manque, tout est dépeuplé!

Et, là, une décision à prendre: est-ce que j’essaie de faire refonctionner le clavier par tous les moyens ou est-ce que je m’en procure un autre? La nuit était déjà tombée et le risque de ne plus avoir un magasin d’ouvert  grandissait.

C’est que, pour lundi, j’ai deux ou trois choses à terminer et, de toute façon, je ne me voyais pas passer le week-end sans connexion au Net. Le dimanche, c’est sûr, à Vienne, où je suis, je ne trouverais pas de clavier cas échéant.

J’ai donc pris ma voiture, rejoins un centre commercial encore ouvert et acheté un nouveau clavier. C’est avec lui que j’écris. Mais, du coup, je me demande: faut il avoir en permanence du matériel d’avance pour anticiper ce type de problèmes? Maintenant que tout cela devient des outils pros, il va peut-être falloir que j’apprenne à anticiper là comme je peux le faire pour le centre de loisirs…

Leave a Reply